Les erreurs fondamentales à éviter en estimant soi-même sa maison à Brest

Partager sur :

Entreprendre et réussir l’estimation d’une maison à Brest n’est pas chose facile. Mais bien souvent, les propriétaires immobiliers tentent de réaliser la démarche seuls, sans l’aide d’un professionnel. Le risque de fausser l’évaluation du bien est pourtant grand. De fait, les erreurs suivantes surviennent couramment.

Estimer sans tenir compte des particularités du marché

La plupart des propriétaires immobiliers fixent les prix de leurs biens en fonction des tendances générales sur le marché. Or, les prix immobiliers peuvent fluctuer d’un secteur à un autre au sein d’une même ville. Plusieurs éléments contribuent à dessiner ces variations tels que les exigences des acheteurs ou encore leur pouvoir d’achat.

Estimer en minimisant l’importance de l’emplacement

Un propriétaire immobilier peut aussi mal-estimer son bien en négligeant l’importance de son emplacement. Cela survient surtout s’il n’y a pas habité lui-même. Cela signifierait alors qu’il ne connaît ni le quartier, ni l’ambiance qui s’y déroule, ni les programmes urbains qui peuvent concerner le secteur. Or, tous ces éléments influent fortement sur sa valeur.

Estimer en négligeant certains défauts du bien

La plupart des propriétaires immobiliers tombent dans le piège de la surestimation parce qu’ils ont négligé certains points faibles du bien afin de pouvoir le proposer à un montant plus élevé. Certains peuvent même cacher certains défauts lors des visites immobilières pour ne pas rebuter les acheteurs.

Estimer en ne connaissant pas les atouts du bien

Il arrive aussi qu’un propriétaire immobilier sous-évalue son bien sans le savoir. Cela peut survenir s’il ne connaît pas suffisamment les exigences du marché ou la propriété qu’il souhaite vendre. Dans les deux cas, il lui sera difficile de déterminer les atouts que possède le bien et qui peuvent le valoriser sur le marché.

Estimer en étant subjectif

Le risque de surestimation est aussi grand quand le bien est évalué sans objectivité. Or, c’est souvent le cas lorsque la démarche est effectuée par le propriétaire. De fait, ses sentiments et ses émotions par rapport à la propriété peuvent facilement prendre le dessus et l’inciter à mal estimer sa valeur.