Financement d’un achat immobilier à Brest par un prêt : les frais annexes à prévoir

Partager sur :

Vous désirez contracter un prêt pour assurer le financement d’un achat immobilier à Brest ? Des frais annexes seront reliés à l’emprunt. En plus des remboursements et des intérêts, ils contribuent à augmenter le capital total dû à la banque. Voici de quoi il s’agit.

Les frais de dossier

Ils sont indispensables, quel que soit le type de prêt que vous souhaitez contracter auprès de la banque. Ils concernent l’évaluation de votre dossier afin de savoir si vous correspondez au profil du bon emprunteur. Ces frais représentent environ 1 % du capital emprunté. Il est possible de les négocier, voire d’en être exonéré si vous avez un dossier solide.

L’assurance emprunteur

Souscrire une assurance n’est pas légalement obligatoire pour décrocher un crédit auprès d’une banque. Toutefois, la plupart des établissements financiers l’exigent. Néanmoins, vous êtes libre de choisir l’assureur avec qui signer. Vous pouvez aussi changer de service en cours de contrat. Le coût de l’assurance emprunteur équivaut à environ 20 % du crédit. Il est négociable.

Les garanties

Elles sont obligatoires lors d’un prêt immobilier. Elles varient d’une banque à une autre. Dans la plupart des cas, elles se manifestent par une hypothèque du bien nouvellement acquis ou par une caution. Dans le premier cas, la garantie représente environ 1,5 % du prix de la propriété. Dans le second, elle équivaut à 1 % environ. 

Les frais bancaires

La domiciliation des revenus auprès de la banque prêteuse n’est plus obligatoire pour obtenir un crédit immobilier. Toutefois, la plupart des établissements financiers vous le proposeront. Lorsque c’est le cas, ils doivent réduire le taux d’intérêt à appliquer au prêt. Des frais bancaires viendront s’ajouter à vos créances. Ils sont dus à l’ouverture et à la tenue du compte.

L’indemnité de remboursement anticipé ou IRA

En cas de remboursement anticipé du prêt, c’est-à-dire avant le terme du contrat, la banque percevra une indemnité de votre part. Il s’agit de l’IRA. Son montant représente au maximum 3 % du capital qui n’a pas encore été restitué.